Atelier de restitution de l’étude sur la capacitation des institutions incubatrices au TOGO

La Coalition nationale pour l’emploi des jeunes (CNEJ) dans le cadre sa mission d’appui aux politiques de renforcements des capacités des services à l’emploi des jeunes, a initié une étude sur la capacité des institutions incubatrices au Togo. Le rapport issu de cette étude a été soumis à l’appréciation des acteurs de promotion de l’entrepreneuriat ce mardi 20 août 2019 à Lomé. 

La rencontre initiée par INNOV’UP (Centre Entrepreneurial des Femmes d’Affaires du Togo), coordonnatrice de cette étude, vise à recueillir auprès des acteurs impliqués dans la promotion de l’emploi, des recommandations en vue de la validation du document. 

« Ce présent rendez-vous, nous permettra d’une part, en tant qu’acteurs de promotion de l’entrepreneuriat, d’échanger sur les forces et les faiblesses des structures incubatrices telles que ressorties par le rapport soumis à notre examen et ensuite, faire un inventaire de leurs besoins afin d’impulser les solutions idoines pour un meilleur accompagnement des entrepreneurs au Togo », a confié à l’Agence de presse AfreePress, Mme Kueviakue Banla, Responsable Incubation à INNOV’UP.

L’étude réalisée en avril dernier auprès d’une quinzaine d’institutions, a permis d’après M. MAWUENA Sylvain, Consultant en Entrepreneuriat de recenser les forces et faiblesses en matière d’encadrement des entrepreneurs.

« Le constat issu de cette étude est que le terme incubateur n’est pas vu de la même façon par toutes les structures qui se réclament incubatrices au Togo. Ce qui nous a permis de les catégoriser. Il s’est aussi révélé que les structures incubatrices sont en nombre limité au Togo. Aussi, la plupart des incubateurs sont basés à Lomé. Pour ce faire, nous avons demandé à l’Etat dans nos recommandations d’appuyer les structures afin qu’on puisse en disposer à l’intérieur du pays pour une promotion entrepreneuriale », a-t-il indiqué.

Une fois validé, le document servira d’outil pour la CNEJ et ses partenaires de restructurer le secteur et d’impulser des solutions en vue d’un meilleur accompagnement des jeunes entrepreneurs. 

« Ce document est appelé à devenir un véritable gouvernail devant nous amener à construire les bases solides sur lesquelles reposera notre démarche d’accompagnement des entrepreneurs », a indiqué Mme Kueviakue Banla, représentante de la Directrice générale d’INNOV’UP.

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 20 août 2019)-