Renforcement de capacités d’une trentaine de jeunes entrepreneurs sur les aspects juridiques du parcours entrepreneurial

©AfreePress-(Lomé, le 12 juin 2019)- Le Centre Entrepreneurial des Femmes d’Affaires au Togo (INNOV-UP), avec l’appui du Bureau régional pour l’Afrique de l’Ouest de l’Organisation Internationale de la Francophonie (BRAO-OIF) a initié mardi 11 juin 2019 à Lomé, une session de formation sur les aspects juridiques des affaires à l’endroit des jeunes entrepreneurs togolais. 

L’objectif visé, est le renforcement des capacités de ces jeunes entrepreneurs, promoteurs de startups incubés à INNOV’UP sur les éléments juridiques et pratiques, afin que ceux-ci soient outillés pour relever les défis auxquels ils seront amenés à faire face au cours de leur parcours entrepreneurial.

« L’idée, c’est de donner les clés aux chefs d’entreprises et porteurs de projets afin qu’ils puissent trancher un certain nombre de questions juridiques qui parfois constituent un frein pour leur évolution. Par exemple, quelle forme juridique choisir pour exercer ? Comment créer sa société ? Faut-il créer sa société ? Et une fois la société créée, quel contrat conclure ? Qu’est-ce qu’un contrat ? La protection du savoir-faire, le dépôt d’une marque. Ce sont là des questions stratégiques pour le chef d’entreprise et qui lui semblent un parcours du combattant », a indiqué le formateur, Arnaud TESSALONIKOS, Avocat associé, Président de l’Association Francophone de Prévention des Risques Numériques (AFPRN), présent à Lomé dans le cadre du Forum économique Togo-Union Européenne.

Des milliers d’entreprises voient le jour chaque année au Togo (4 201 entre janvier et avril 2019 selon les données du Centre des formalités des entreprises, CFE).

Pour les responsables d’INNOV’UP, la plupart de ces entreprises ne survivent pas par faute d’un encadrement adéquat. 

 INNOV’UP, en tant que premier centre incubateur au Togo, s’engage à travers des sessions de formation, à accompagner les jeunes chefs d’entreprises et à les aider à pérenniser leurs affaires.

Une trentaine de jeunes chefs d’entreprises ont bénéficié de cette formation.

 

Source: Raphaël A.